POSTS
PORTFOLIO
SEARCH
SHOP
  • Your Cart Is Empty!
Your address will show here +12 34 56 78






Preambule

Gravitant dans une arène de lumière, à tour de rôle, un duo féminin et un duo masculin, se font guider par un chemin tracé au sol. Une voix les dirige, les influence, les perturbe. Dans cet espace aux multiples images subliminales, les corps apparaissent en fusion, apaisés, seuls, bustes et regards vers le ciel, comme s’ils cherchaient à s’élever.

 

 L’Alpha et l’Omega sont des symboles desquels je me suis inspiré pour travailler sur la notion de début et de fin, de cycles, sur les êtres et les relations humaines, sur la façon dont certaines représentations peuvent perturber ou guider nos points de vue et nous influencer.

 

L’Alpha & L’Omega ce n’est pas juste le commencement et la conclusion, c’est aussi l’éternel recommencement 

 


Démarche

Il s’agit pour moi d’appréhender le rapport qui se crée entre deux corps sans le collectif autour. Les mettre à nu, être plus intrusif, aller puiser au fond d’une connexion qui finalement, se révèle être plus complexe que la relation d’une personne face aux autres.

Tenter de comprendre en quoi des éléments étrangers nous influencent, nous troublent voire même nous assujettissent. De quelle manière le dogme devient l’élément central de nos décisions. Que reste- t- il du libre arbitre? Quand le dogme s’incarne en l’autre ou que l’autre s’éloigne du dogme, sommes nous suiveur ou libérateur?

J’ai pensé chaque duo comme étant le miroir de l’autre pour montrer que des situations peuvent être vécues différemment selon le contexte ou les corps concernés

Sur scène, le duo est entouré de multiples projecteurs qui, tels des entités omniscientes, observent, jugent chaque faits et gestes. Je voulais donner à la lumière un réel poids dramaturgique, qu’elle soit  tantôt apaisante, tantôt oppressante. Elle incarne ce prédicateur qui, jouant des situations, passe d’un ton hypnotique à un ton plus autoritaire. 

L’Alpha & L’Omega ou l’éternel conflit du dogme et de la liberté.